Vous êtes ici : Accueil Culture basque Patrimoine basque Patrimoine immatériel

Patrimoine immatériel

Le patrimoine culturel immatériel constitue le socle de l’activité de l’Institut culturel basque. Il est l’ensemble de ces pratiques culturelles que l’ICB accompagne quotidiennement mais aussi valorise, à travers notamment le programme de collecte ethnographique Eleketa et le traitement des archives sonores et audiovisuelles du Pays Basque nord.

Sandales en corde
Sandales en corde utilisées pour le transport des billes de bois sur le rio Irati. Photo ICB.
La notion de patrimoine culturel immatériel de l'humanité est apparue au début des années 1990, après la Recommandation sur la sauvegarde de la culture traditionnelle et populaire de 1989 et en contrepoint à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel de 1972 tournée essentiellement vers les aspects matériels de la culture.

Elle a acquis une légitimité certaine avec La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, adoptée en 2003 et entrée en vigueur en 2006.

Cette Convention définit ainsi le patrimoine culturel immatériel (PCI) ou patrimoine vivant :

"On entend par patrimoine culturel immatériel les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine."

Au Pays Basque comme ailleurs, le patrimoine culturel immatériel est de fait présent dans la vie quotidienne (oralité, arts du spectacle, pratiques sociales, rituels et événements festifs, savoir-faire artisanaux).

Et l’Institut culturel basque, avec différents partenaires institutionnels, essaie "d’immortaliser" des bribes et instants de ce patrimoine, à travers :

En 2008, l’ICB a également entrepris, à la demande du département, la valorisation des enquêtes orales du MuCEM (ex-MNATP) en Pays basque.

En 2013, il a contribué avec l’association culturelle Olentzeroren lagunak, à la réalisation d’un dossier-ressources sur la tradition d’Olentzero.

En savoir plus

Par ailleurs, d'autres dossiers thématiques du site de l'ICB se fondent sur les témoignages recueillis dans le cadre du programme de collecte Eleketa :

Soka, regards sur la danse basque

Qu’est-ce que la danse basque, qui l’a façonnée et interprétée, par quoi se caractérise t- elle et pourquoi les Basques la dansent- ils encore de cette manière si particulière en ce début de XXIe siècle ? Telles sont quelques-unes des questions que pose cette exposition. Dans le cadre du programme Eleketa, 64 témoignages sur les 87 témoins filmés sur ce thème entre 2012 et 2015,  sont valorisés dans SOKA.

Paroles de gens de mer

itsasturiak-banner.jpgLa vie des gens de mer (pêcheurs, épouses de pêcheurs, mareyeurs, charpentiers de marine, garçons de chais, formateurs de marins, ouvriers ou ouvrières en conserverie, filetières et autres) et du port de pêche de Saint-Jean-de-Luz/Ciboure a été mise à l'honneur en 2010 dans le cadre du programme de collecte de la mémoire "Eleketa" mené par l'Institut culturel basque. 26 témoins été filmés et 72 extraits de ces entretiens vidéos sont consultables en ligne.

Témoignages d'Amikuze

eleketa-fr.gifL'importante collecte de témoignages oraux initiée en 2007 par l’Institut culturel basque a démarré sur le territoire d’Amikuze. Pendant deux ans, plus d’une trentaine de personnes ont été filmées et enregistrées.
Ces témoignages peuvent à présent être consultés en ligne.