Olentzero

Il n'a rien d'un Père Noël... Avec son visage noirci par la poussière du charbon de bois, Olentzero a un aspect un peu terrifiant. Autrefois, on se servait de lui pour faire peur aux enfants.

Olentzero dans les rues de Bayonne © Jakes Larre
Olentzero dans les rues de Bayonne © Jakes Larre
Le béret et les vêtements usés et sales rappellent qu'Olentzero vit et travaille dans la forêt, domaine des animaux sauvages et de Basajaun. La faucille lui sert à couper les fagots. Comme la faucille du dieu Saturne, c'est aussi le symbole de la coupure mystérieuse du solstice qui coupe l'année en deux périodes. Il y a longtemps, avant de représenter Olentzero par un homme, on se contentait de suspendre une faucille dans la cheminée pour menacer les enfants menteurs ou les désobéissants qui ne voulaient pas aller au lit.

La gourde de vin rappelle la mauvaise réputation du charbonnier. Son ivrognerie lui vaut d'ailleurs d'être battu par sa femme. Cet accessoire est surprenant quand on sait que les rites des fêtes de fin d'année concernaient traditionnellement l'eau.

Le sac de charbon (et non de cadeaux) évoque d'abord l'importance de ce combustible dans les Pyrénées pour assurer le fonctionnement des nombreuses forges.

Mais, symboliquement, le charbon est signe d'une vie latente et il symbolise le soleil qui va recommencer à chauffer la terre après l'hiver.

Il est porteur d'un message...

Olentzero, charbonnier descendant de la montagne de nos origines est porteur d'un message qu'il ne comprend même pas.

Il se pose plus de questions qu'il ne trouve de réponses. Il est comme nous tous aveugle : il ne voit pas le monde nouveau qui survient parce qu'il est sale de la suie que dépose le charbon de nos peurs. Depuis la nuit des temps, les hommes et les femmes sont confrontés au mystère de l'existence face à l'Univers qui demeure immense et silencieux. Mais sans se lasser, ils avancent, convaincus que leur quête les rapproche toujours plus de la connaissance définitive et au plus fort de leur doute il se trouve toujours quelqu'un, peut-être un sorcier, peut-être un savant, plus sûrement un enfant :

pour entendre l'indicible,
pour sentir l'infini,
pour toucher l'insondable,
pour voir l'invisible,
pour goûter le mystère.

Olentzero, c'est la certitude que jamais le Soleil ne s'éteindra.

En savoir plus