Joseph Jaureguiberry

Extrait

"Danser l'Aurresku est un honneur"

Joset Jaureguiberry n’est pas un grand bavard. Il se dit plutôt émotif, mais lorsqu’il s’agit de danser, peu importent les circonstances ou les personnes devant lesquelles il doit danser. Il lui est arrivé de danser devant le Consul des États-Unis, ou encore, à Bordeaux, devant un cardinal. Il dansait surtout l’Aurresku, et en était fier car c’est une danse d’honneur. Au début, il s’entraînait à la maison, et levait la jambe jusqu’à toucher les jambons suspendus dans la cuisine. À son avis, celui qui aime vraiment la danse doit la ressentir de l’intérieur et fera n’importe quoi pour l’apprendre. La danse l’a beaucoup aidé à vaincre sa timidité.

© Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales - Collecte "Eleketa". 2014 - 19AV1372

En savoir plus

Biographie

Joseph Jaureguiberry

Joseph Jaureguiberry est né le 29 septembre 1930 à la ferme “Teilaria” au quartier Chantaco de Saint-Jean-de-Luz (à l’emplacement du collège actuel de Chantaco). Ses parents métayers ont auparavant vécu à “Xantakoenia” (située à l’endroit actuel du golf). Joseph est issu d'une famille de six enfants dont l’aînée, Hélène, a également été filmée dans le cadre du programme Eleketa.

Il fréquente l’école Saint-Joseph. A la fin du service militaire, en 1952, il est employé de la ferme "Portu Etxeberria" de Telesforo et Maria Josefa Monzon (culture de framboises entre autres). À son mariage en 1955, il en devient le concierge. En 1970, après 18 années passées au service des De Monzon, il quitte son logement de fonction, achète un appartement au quartier Urdazuri et se met à travailler pour la Ville de Saint-Jean-de-Luz. Il prend sa retraite 20 ans plus tard en 1990.

Joseph Jaureguiberry a été acteur de la vie socioculturelle de Saint-Jean-de-Luz, notamment à travers la danse basque.

À la sortie de la guerre, âgé de 14 ans et poussé par sa mère, il intègre le groupe de danse Begiraleak.

Le maître de danse Philippe Oyhamburu lui communique l'amour de la danse et lui propose, un an plus tard, d'entrer au groupe Oldarra de Biarritz. Joseph y danse jusqu'à l'âge de 23 ans, tout en continuant à danser à Begiraleak.

Il contribue dans les années 1960 à la renaissance du groupe Begiraleak. D’abord brillant danseur, il enseigne ensuite aux jeunes générations. En effet, il quitte le groupe luzien à 27 ans et le réintègre à 38 ans en tant qu'enseignant. Il passe ensuite le relais à Betti Bettelu, l'impulseur du renouveau des sauts basques et du carnaval labourdin.