Mattin Zubieta

Extrait

Mutxikoak à Itxassou

Mattin Zubieta garde un très bon souvenir des "mutxikoak" qu’il interprétait au txistu à la sortie de la messe à Itxassou, dansés par les anciens avec beaucoup d’ardeur. Ceux-ci étaient surtout des hommes, il ne souvient pas avoir vu de femmes. A Cambopar exemple, il n’y avait pas d’anciens qui dansaient sur la place du village.

Mattin Zubieta. Collecte "Eleketa". 2012 © Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques - 19AV358

En savoir plus

Biographie

Mattin Zubieta

Mattin Zubieta est né le 21 juillet 1925 à la maison "Osasuna" à Cambo dans une famille de sept enfants. Ses parents travaillaient à la villa Arnaga pour Edmond Rostand, le père comme jardinier, la mère comme cuisinière. Mattin a suivi sa scolarité à l'école privée, puis à l'école publique où il a obtenu son certificat d'études primaires en 1938. Il a été enfant de choeur, a fréquenté le catéchisme et le patronage. Il a ici pratiqué de nombreuses activités parmi lesquelles le théâtre, la fanfare (il jouait du fifre) mais aussi la danse. Jose Mari Ruiz, enfant de réfugiés de 1936, fut celui qui initia des jeunes garçons du patronage à la danse basque tandis que les filles avaient elles aussi leur enseignante : c'est ainsi que naquit vers 1938 un groupe de danse d'une vingtaine de danseurs dont l'activité tomba quelque peu en désuétude à la fin de la guerre 1939-1945. Mattin joua du txistu dans ce groupe plus qu'il n'y dansa. C'est le vicaire Paul Sallaberry qui lui mit un txistu entre les mains vers 1940 pensant qu'il en ferait bon usage (c'est également lui qui le poussa à jouer du fifre). Mattin avait de l'oreille et apprit beaucoup tout seul. Il apprit le solfège et la clarinette quelques années plus tard, lorsqu'il intégra l'harmonie municipale, mais s'initia également à l'accordéon et à la gaita. 

Il accompagna de sa musique de nombreux groupes de danses du Pays Basque nord (Jeikadi, Batz Alai, Oldarra, Izartxo, Itsasuarrak, Ezpela, Garaztarrak). Le groupe qu'il suivit le plus longtemps fut Oldarra (1950-1989) où il fut à la fois musicien, chanteur, voire danseur. Mattin s'initia ici avec Felipe Oyhanburu au chant basque qu'il affectionnait également beaucoup. Ce qui lui permit d'être chef de choeur à Garaztarrak (1963- 1970), Pottorroak (1971- 1977), Medikuak (1997- 2007) ou créateur de choeurs au Pays Basque dont Arraga de Cambo (1991), dans les Landes et à San Francisco. 

Mattin est marié, père d'un enfant et a durant sa vie exercé diverses professions (scieur de long, garde-chasse, vendeur de voitures etc.).