Iñaki Irigoien

Iñaki Irigoien

Extraits

"Les femmes dansaient souvent mieux que les hommes"

Iñaki Irigoien souligne que ceux qui se sont vraiment investis dans le folklorisme étaient essentiellement des gens d’église ou des puritains. C’est la raison pour laquelle les femmes étaient au second plan, et les hommes mis en avant. Mais dans les documents anciens, les choses ne sont pas aussi évidentes. Par exemple dans les écrits d’Iztueta, les femmes sont présentes. Au XVIIIe siècle notamment, les femmes apparaissent clairement. Selon lui, elles dansaient souvent mieux que les hommes. Ce qui est vrai, c’est que dans les danses rituelles, les groupes étaient surtout composés d’hommes.

Iñaki Irigoien © dantzan.eus

Effort de réappropriation des danses populaires

Iñaki Irigoien nous dit que, d'après les archives, on dansait partout. Au XVIIe siècle par exemple, en particulier pour la Fête-Dieu, des danses étaient données dans chaque village. Certaines danses ont disparu à la fin du XIXe siècle et Iñaki Irigoien s'est employé à motiver les gens pour qu'ils se les réapproprient et les fassent revivre, plutôt que d'en créer de nouvelles. En outre, à l’heure de l’uniformisation mondiale de la culture, apparait une réaction des gens pour récupérer la leur. Ceci est une force. Les deux phénomènes s'opposent : une culture mondiale, la même pour tout le monde d’une part, et d’autre part, chacun veut avoir la sienne, et c'est important, de plus en plus.

Iñaki Irigoien - 2013 © dantzan.eus

En savoir plus

Iñaki Irigoien (Bilbao, 1935) est danseur, enseignant, chercheur et promoteur de la danse basque. Le travail qu'il a accompli dans le domaine de l'étude de la culture et du folklore basques est à souligner. Il a participé à la création de la fédération Euskal Dantzarien Biltzarra à Bayonne en 1966 ainsi qu'à l'organisation des premiers Dantzari Eguna à Pampelune (1978) et Bilbao (1979).