Jean-Louis Estecahandy

Jean-Louis Estecahandy

Extrait

Les musiciens rémunérés dans la mascarades

Jean-Louis Estecahandy précise que les musiciens étaient les seuls à être payés lors des mascarades et qu’ils venaient aussi à ce titre. Il cite l’exemple du musicien Jean (Johañe) Copen qui achetait le cochon de l’année avec l’argent gagné aux mascarades.

Jean-Louis Estecahandy dit Loulou Ibar. Programme "Eleketa". 2013 © Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques - 19AV1004

En savoir plus

En savoir plus

Jean-Louis Estecahandy, plus connu sous le nom de Loulou Ibar, est né le 20 avril 1928 à Chéraute (Soule), à la maison Halbidea. Il est le dernier d'une fratrie de huit enfants. Pendant la guerre de 1939-1945, ses trois frères étant mobilisés, il aide ses parents à la ferme familiale. Il se marie le 7 septembre 1953 et s'installe dans la commune voisine, à Barcus, à la maison Ibarrea où il vit à ce jour. 
Loulou Ibar a été berger dans les estives, notamment au lieu-dit Ardane dans le massif des Arbailles. 

La passion de la danse lui est transmise dès son plus âge, par son père, son oncle et deux frères. Ces deux derniers étant absents pendant la seconde guerre mondiale, Loulou s'initie auprès d'autres familles de danseurs dont celle de Ferdinand Morot Monomi. Il est alors âgé de seize ans. 
Il participe pour la première fois à une mascarade en 1947, en tant que Gatüzain dans le groupe des cinq danseurs nommé Aintzindariak. Il participe également aux pastorales à Barcus, en 1962 et 1974, en tant que Satan, un des danseurs qui ponctuent la représentation de pas de danse souletine. 
Les voyages et représentations qu'il a fait hors de la Soule grâce à la danse souletine, sont autant de bons souvenirs qui l'ont enrichi.