Luixa Etchepare

Luixa Etchepare

Extrait

Rivalité entre Gréciette et Mendionde (Labourd)

Luixa se rendait aux fêtes organisées au village après guerre mais devait rentrer au son de l’Angélus. Gréciette, avec ses deux places, son église et son école, suscitait la jalousie des habitants de Mendionde. Une époque où ils ne s’aimaient guère. Luixa évoque le témoignage de son ancien maître de maison M. Lafitte, lui racontant comment les jeunes de Gréciette furent reçus à jets de pierre alors qu’ils se rendaient aux fêtes à Mendionde. Les choses ont changé depuis : les jeunes des deux villages se retrouvent ensemble, que ce soit aux fêtes, à la Fête-Dieu, à l’école ou à l’église.

Luixa Etchepare. Programme "Eleketa". 2014 © Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques - 19AV1467

En savoir plus

En savoir plus

Louise dite Luixa Etchepare est née le 16 novembre 1922 à la maison Gaineko Etxea à Hélette. Elle est la seconde d’une famille de métayers de huit enfants. Elle fréquente l’école privée de Hélette jusqu’à l’âge de 10 ans (classe unique d’une soixantaine d’enfants) puis la santé fragile de sa soeur aînée, asthmatique, la contraint à la remplacer pour aller travailler dans une maison du quartier Zuharritze (garde des enfants, traite etc.). Après quatre ans passés dans cette maison, elle suit enfin, à sa grande satisfaction (son rêve est d’être couturière), les cours de l’ouvroir du village. Mais en février 1938, elle doit se résigner à entrer au service de la famille Lafitte, à la maison Iparragerria (quartier Gréciette à Mendionde). Elle participe ici, au fil des ans, au développement continu de l’entreprise Lafitte (pépinières, espaces verts) initiée par Germain Lafitte dès 1930, ainsi qu’à la disparition progressive de l’exploitation agricole. Luixa s’occupe des trois filles de Germain (également maire de Mendionde) et Yvonne Lafitte (institutrice de profession). Deux d’entre elles, Marie-Andrée et Emilie, entrent d’ailleurs dans l’entreprise en 1960. Luixa gère également l’intendance de la maison, nourrissant, selon le besoin, employés et ouvriers. Elle prend sa retraite en 1986 mais continue à s’occuper de Germain et Yvonne Lafitte jusqu’à leur décès (mai et mars 1993). Elle vit toujours à Iparragerria, maison dans laquelle elle entra bon gré mal gré, mais qu’elle a aujourd’hui complètement adoptée. Elle nous livre quelques souvenirs d’une vie partagée entre Hélette et Gréciette-Mendionde