Pierre Etchebarne

Pierre Etchebarne

Extrait

1946 : après le droit de vote, les femmes participent aux mascarades

Pierre Etchebarne raconte que les filles ont participé à la mascarade pour la première fois en 1946. Les femmes ayant obtenu le droit de vote l’année précédente, les organisateurs de la mascarade (Martxe Eihartzet d’après Pierre) décidèrent de les faire participer également à la mascarade. Il cite le couplet écrit et chanté sur le sujet par les rémouleurs de la mascarade de l’époque : "Barkoxeko maskaradak aurten moda berri Baditugu neskatila gazteak dantzari Ez da nihorentzat hain estonagarri Bozketan ez gituzteia ber xedean ezarri" "Les mascarades de Barcus ont innové cette année Nous avons de jeunes filles parmi les danseurs Ce n’est étonnant pour personne N’ont-elles pas participé de même aux élections ?"

Pierre Etchebarne. Programme "Eleketa". 2013 © Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques - 19AV1053

En savoir plus

En savoir plus

Pierre Etchebarne est né le 5 février 1931 à Barcus, au quartier Gaztelondo, à la ferme Etxebarnea, deuxième et seul garçon d'une fratrie de trois enfants. Il suit sa scolarité jusqu'à l'âge de quatorze ans à l'école distante d'un kilomètre. Les enfants bascophones y subissent punitions et vexations pour l'usage de leur langue maternelle. 
Il travaille ensuite à l'exploitation familiale. Âgé de 12 ans, son père berger l'amène déjà en estive, mais c'est à l'âge de 15 ans qu'il est réellement confronté au dur apprentissage du métier, l'été, dans des montagnes souletines qu'il ne connait pas. 

Il apprend à danser à 12 ans avec Martxe Eihartzet au quartier de la Chapelle. Parallèlement, dès 14 ans, il joue au basket grâce à un instituteur passionné par ce sport. La conjugaison des deux activités lui permet de se déplacer en Pays basque, dans le Béarn et ailleurs, notamment en Charentes. 
Il effectue les 18 mois de son service militaire dans la région parisienne, une période au cours de laquelle il met à profit son talent de danseur lors de sorties et représentations (salle Wagram, réception du général de Gaulle, etc.), en lien avec Pariseko Euskal Etxea, la Maison basque de Paris. 
Il reprend ensuite le ferme de ses parents, participant aux mascarades et pastorales organisées à Barcus.