Pierre Etchelecou

Pierre Etchelecou

Extrait

Le Carnaval du pauvre à Arbonne

Pierre Etchelecou se souvient que leur jeu principal, sur la place, était la pelote. Ils jouaient aussi à des jeux d’enfants, aux 4 coins par exemple. Pour le carnaval, ils noircissaient leur visage au charbon, enfilaient des vêtements usagés et un vieux chapeau, pour que les gens ne les reconnaissent pas. Il se souvient que sa mère l’envoyait faire la quête pour ramener quelque chose à manger à la maison. Ils ne le faisaient pas pour jouer, ni pour faire la fête, mais pour avoir de quoi manger, même si c’était peu. Ils allaient de maison en maison, dans leur quartier, car il était hors de question d’aller chez les autres. Ils quémandaient du jambon et des oeufs, mais n’obtenaient la plupart du temps que quelques oeufs et des couennes de porc qu’ils embrochaient pour les ramener à la maison. Il y avait même un chant à ce propos. La vie alors était difficile et ils étaient contents d’avoir un peu de viande à manger.

Pierre Etchelecou. Collecte "Eleketa". 2014 © Département des Pyrénées-Atlantiques - Archives départementales - 19AV1428

En savoir plus

En savoir plus

Pierre dit Pierrot Etchelecou est né le 21 octobre 1923 à Arbonne, maison Duhartenea, puis est rapidement venu vivre à la maison Elizondoa, résidence de ses grands-parents maternels, également située au bourg du village. Il est l’aîné de sept frères et soeurs. 

Après avoir fréquenté l’école publique du village jusqu’à l’obtention du certificat d’études primaires à onze ans (vers 1925), il entre comme apprenti mécanicien dans un garage du quartier de la Négresse à Biarritz. Il y reste pendant 4 ans, jusqu’au début de la guerre. 
À l’âge de 17ans, il devient ouvrier de la tuilerie Moussempes, toujours à Biarritz, quartier de la Négresse, pendant deux ans (de 1940 à 1942). 

Pour fuir le Service du Travail Obligatoire (STO), il s’engage dans l’armée de l’air à Toulouse. Sa carrière militaire dure 22 ans (1942-1965). Il se marie durant cette période (1952) et a trois enfants. 

Au décès de son père, le 1er janvier 1965, Pierrot revient à la maison familiale et exerce différents métiers jusqu’à sa retraite en 1985 (magasinier sanitaire, électricien). 

Pierrot Etchelecou est l’un des fondateurs du groupe de danse Primadera d’Arbonne. En effet, l’assemblée de parents et d’enfants (près de 80) qui se réunit le 6 octobre 1973 à la maison Tribullenia est suivie du dépôt des statuts de l’association en février 1974, ainsi que du premier spectacle du groupe Primadera lors de la kermesse paroissiale du 7 juillet de la même année. Pierrot en est le premier président (pendant 10 ans). À ce poste lui succèdent Michel Dolosor (pendant 10 ans) puis Anne-Marie Housset (pendant 11ans).

Poussé par sa fille, elle-même danseuse puis musicienne txistulari de Primadera de 1973 à 1987, Pierrot apprend à jouer du tambour et accompagne de cet instrument le groupe jusqu’au 30ème anniversaire de ce dernier (2003).