Parades charivariques à Irissarry

Les parades charivariques ou toberak d'Irissarry ont été parmi les plus réputées de Basse-Navarre, comme le rapportent les deux informateurs d'Irissarry de Jean-Michel Guilcher. Le village a connu plusieurs "toberak" en peu de temps : en 1883, 1914, 1921, 1928 et 1937. Il faudra attendre 2012 pour une nouvelle représentation.

Sur la place publique

Les juges et le public sur la place d'Irissarry (1937)
Les juges et le public sur la place d'Irissarry (1937)
Ces manifestations théâtrales n'intervenaient qu'en dernier ressort, après que les personnes accusées de mauvaise conduite eussent refusé de verser de l'argent (ou donner du vin) à la jeunesse. Les personnes incriminées subissaient d'abord les "tutak" ou tapages nocturnes ; si elles n'accédaient pas aux requêtes des jeunes pour que le vacarme cesse, il était décidé d'organiser un "tobera" (appelé aussi tobera-mustra), la sanction charivarique sur la place publique.

Une longue préparation

Les danseurs entrant sur la place aux toberak de 1937
Les danseurs entrant sur la place aux toberak de 1937
Les nombreux acteurs de la représentation (150 à 200), tous des hommes, étaient mobilisés pour l'occasion. Préparer les costumes, rassembler des chevaux et des ânes pour le défilé. Souvent, les costumes de la Fête-Dieu (Besta-Berri) étaient utilisés, ils étaient aussi loués. Un charpentier-menuisier réalisait l'estrade sur la place. L'autorisation du curé était obtenue en échange d'argent. Le défilé précédant la manifestation payante, la cavalcade, se rendait du quartier Zelai jusqu'à la place.

Bertsulari et musicien

Les musiciens
Les musiciens
Lors de ces parades charivariques, le chant improvisé était omniprésent et primordial. En 1928, les deux bertsolari participants furent Eñaut Larramendy de Saint-Michel et Larralde de Louhossoa. En 1937, Larramendy étant décédé depuis peu, son fils prit part avec Larralde. Pour la parade charivarique de 1928, le très réputé musicien Faustin Bentaberry (1869-1936) participa.