A partir de 1965 : création d’une fédération

A partir de 1965, qui correspond à peu près à la fin du Concile Vatican II, la prédominance  du clergé s’amenuise en général et dans le domaine du théâtre en particulier.
Les pièces sont toujours jouées dans les salles de patronage mais les prêtres ne s’en occupent  pratiquement plus.

En 1966, quelques comédiens amateurs très motivés organisèrent une journée de réflexion à Hélette, à laquelle participèrent une trentaine de personnes, dont l’abbé Larzabal et Telesforo de Monzon.

De là naquit l’idée de créer une Fédération de théâtre basque.

La fédération Antzerkilarien Biltzarra

Daniel Landart et Piarres Larzabal (© Daniel Velez)
Daniel Landart et Piarres Larzabal (© Daniel Velez)
L’Assemblée générale constitutive eut lieu le dimanche 28 mai 1967, à Saint-Etienne-de-Baigorry. 
Le nom de l’association fut choisi : « Antzerkilarien Biltzarra » (l’Union des comédiens).
Le siège social fut fixé au 14, rue des Cordeliers à Bayonne, siège également du Secrétariat basque, proche du mouvement Enbata.

Ses buts :

  • Présenter une création théâtrale chaque année,
  • Coordonner la vie théâtrale basque,
  • Nouer des relations avec les troupes d’outre Bidassoa,
  • Constituer des archives.

Composition du bureau :

  • Président : Daniel Landart,
  • vice-président :  Pettan Elissalde,
  • secrétaire-général : Jean-Pierre Curutchet,
  • trésorier : Laurent Pétricorena.

Dès l’automne 1967, la création d’une « super-troupe » réunissant les meilleurs comédiens du Pays basque aquitain fut décidée. Elle portera le même nom que l’association et atteindra l’objectif suivant : jouer au théâtre municipal de Bayonne.
Le théâtre basque devait être présent en ville. Cela était très important pour sa promotion. 
Pari tenu… non sans difficultés. 
En avril 1968 fut donc jouée « Matalaz », drame écrit par Piarres Larzabal. Dix-sept comédiens participèrent à cette aventure avec l’aide de deux metteurs en scène : l’abbé Roger Idiart et de Telesforo de Monzon.
Le succès fut énorme : la salle était archi comble et l’on refusa près de 200 personnes ! C’était un lundi soir, jour de relâche, car à l’époque, le théâtre de Bayonne faisait également cinéma.
L’année suivante, c’est le Casino municipal de Biarritz qui fut choisi pour y présenter « Ibañeta », une autre pièce de Larzabal. Comédiens et figurants compris, une bonne trentaine ! Beaucoup trop de monde pour faire du bon travail.
Ces œuvres ne furent jouées que deux fois : « Matalaz » à Bayonne et à Urrugne, « Ibañeta », à Biarritz et à Bayonne.

Un nouvel auteur : Daniel Landart

En 1969, Daniel Landart commença à produire, en tenant compte de ces deux critères : écrire des pièces qui comprendraient peu de personnages et les différentes scènes se dérouleraient toujours sur le même lieu. Cela faciliterait le transport des décors qui, à l’époque, posait toujours problème, et ainsi, une tournée pourrait être réalisée.

Un théâtre militant

Ainsi, entre 1968 et 1980, 15 créations ont vu le jour. Douze d’entre elles ont été jouées dans des salles paroissiales, les trois autres sur la place publique.
La contribution de Daniel Landart a été significative, puisque à lui seul, il en a rédigé dix. 
Après un théâtre « clérical », nous assistons à un  théâtre militant, résolument engagé dans la prise de conscience de l’identité basque et des problèmes sociaux.
A noter également qu’il y a eu quelques changements dans la conception de la troupe de théâtre. Certaines se sont constituées par « affinités », regroupant des jeunes de différents villages :

  • « Euskaldun gazteria », à Saint-Jean-Pied-de-Port,
  • « Iturri taldea » à Irissarry,
  • « Biper beltx » à Saint-Jean-Pied-de-Port,
  • « Oztibarreko Antzerkia », à Ostabat-Larceveau,
  • « Xirrixti-Mirrixti » à Bayonne,
  • « Bordaxuri » à Hasparren.

Les metteurs en-scène

A l’époque, tout le théâtre basque était porté par des amateurs bénévoles et hommage doit être rendu surtout aux metteurs en-scène qui, à force de patience, courage et ténacité, ont su insuffler le feu sacré de l’art théâtral.
Voici quelques noms de ceux et celles qui ont travaillé pendant de longues années et parfois avec des troupes de plusieurs villages :

  • Telesforo de Monzon (Saint-Jean-de-Luz, Iholdy, Hélette, Bayonne)
  • Jeanne-Marie Malharin (Mouguerre, Itxassou)
  • Daniel Landart (Saint-Jean-Pied-de-Port, Baigorry, Macaye, Irissarry, Bayonne)
  • Christiane Etchalus (Saint-Jean-Pied-de-Port, Baigorry, Iholdy)
  • Henriette Oxarart (Les Aldudes)
  • Iker Gallastegi (Bayonne, Hasparren),
  • Eñaut Larralde (Ibarrolle, Ostabat).

Deux exemples parmi d’autres :

- Les troupes faisant partie d’Antzerkilarien Biltzarra se réunissaient en Assemblée générale une fois l’an. En 1970, elle eut lieu à Saint-Palais et les membres suivants furent élus à son Conseil d’Administration : Jean-Pierre Arangoitz et Etienne Pochelu (Iholdy), Angel Arregi (Saint-Jean-de-Luz), Albert Bidart (Briscous), Ferdinand Bidaurreta (Les Aldudes), Michel Brust (Hasparren), Geneviève Chabagno (Bayonne), Maite Dunat (Hélette), Peio Durruty (Saint-Palais), Pettan Elissalde (Irissarry), Margaita Etcheleku (Saint-Jean-le-Vieux), Dominique Esponde (Anglet), Daniel Landart (Mouguerre), Eñaut Larralde (Ostabat-Asme), Jean-Pierre Mendiboure (Hélette). Trois membres suppléants : Jeanne-Marie Malharin (Mouguerre), Ernest Alkhat (Iholdy) et Henri Chabagno (Hasparren).

- La saison théâtrale 1976  fut assurée par 9 troupes localisées à : Hasparren, Macaye, Hélette, Saint-Jean-Pied-de-Port, Saint-Etienne-de-Baigorry, Les Aldudes, Itxassou, Irissarry et Urrugne. Il y eut 2 créations et 7 reprises.

Les difficultés de la fédération

Si le but premier de la fédération Antzerkilarien Biltzarra a été respecté, à savoir favoriser la création, en revanche, la coordination inter-troupes n’a pas toujours bien fonctionné.
En ce qui concerne les relations avec les troupes du Pays Basque péninsulaire, une Fédération y voyait le jour le dimanche 29 mai 1977 à Urnieta (Guipuzkoa), réunissant près de 200 comédiens des deux côtés de la Bidassoa.
Peu après, au nom de l’unité, « Antzerkilarien Biltzarra » a changé d’appellation et a pris celle de la nouvelle fédération : « Euskal Antzerki Taldeen Biltzarra – E.A.T.B. » (Union des troupes de théâtre basque).

Quant aux archives de la fédération EATB, un travail de collecte a été réalisé par Menane Oxandabaratz, salariée de la fédération pendant un an. Elles sont stockées depuis 2008 dans les locaux de l'Institut culturel basque.