En Pays Basque sud

En Pays Basque sur le chant basque se décline sous le mode de la résistance à l'oppression franquiste.

En 1968, à Derio (Biscaye) un groupe de séminaristes s'opposant au régime franquiste est fermement réprimé. Témoin de leur engagement, le disque Gogor qu'ils publient à Bayonne et dans lequel figure le fameux chant Egun da Santi Mamiña.

Mikel Laboa (arg. Aitor Bayo - Argia astekaria)
Mikel Laboa (arg. Aitor Bayo - Argia astekaria)
Déjà en 1965, le mouvement Ez dok amairu (Nous ne sommes pas 13) avait vu le jour et se proposait d'étudier, de moderniser et de développer de nouvelles formes de musique traditionnelle basque.

Le régime franquiste ne cessera de le censurer.

Parmi ses membres, notons : Mikel Laboa, Xabier Lete, Benito Lertxundi, Antton Valverde, les frères Artze, Lurdes Iriondo...

Mikel Laboa, est l'un des piliers du mouvement. Plusieurs fois censuré, il lui a été interdit de chanter en Biscaye pour cinq ans, en Guipuzcoa pour trois ans. Mikel Laboa est depuis devenu l'un des piliers de la nouvelle chanson basque.

Le mouvement Ez dok amairu dont l'influence sur la culture et la société basques aura été considérable disparaît en 1972.
Ses membres poursuivront individuellement leurs parcours artistiques.