La Fête-Dieu

Les célébrations de la Fête-Dieu ont été maintenues avec force dans certains villages du Labourd intérieur et de Basse Navarre.

Fête-Dieu à Armendarits (2009 - Iñaki Zugasti / dantzan.com - CC-BY-SA)
Fête-Dieu à Armendarits (2009 - Iñaki Zugasti / dantzan.com - CC-BY-SA)
Il faut voir défiler les groupes colorés de la Fête-Dieu d’Hélette, d’Iholdy, d’Armendarits ou d’Itxassou, élégamment ornés pour la parade militaire et la marche cérémoniale.

Pour en savoir davantage sur la Fête-Dieu, consulter la fiche d'inventaire réalisée par l'ICB à ce sujet.

Les sapeurs (zapurrak), les coqs (oilarrak), les sergents (sarjentak), les caporaux (kaporalak), les lanciers (alabardariak) et les porteurs de bannières (banderariak) emmènent la marche jusque dans l’église et offrent un très beau cérémonial au pas lent, avançant de six pas et reculant de quatre.

Fête-Dieu de St-Martin-d'Arberoue (2008 - EKE)
Fête-Dieu de St-Martin-d'Arberoue (2008 - EKE)
Du point de vue de la structure rituelle de la fête, de la diversité des éléments, et de la richesse des danses comme des costumes, la Fête-Dieu a longtemps constitué la fête la plus prestigieuse.

La Fête-Dieu d’Oñati glorifie le protocole des processions religieuses et les ornements du baroque. Au milieu des figures vivantes des Apôtres, de Saint Michel et du Christ, les danseurs du groupe Oñatz sont accompagnés par le son des castagnettes et du txistu. Avec mesure et élégance, ils égrènent les danses qui sont restées liées à ce jour de la Fête-Dieu : Saint Sébastien, banakoa, launakoa, zortzikoa et arku-dantza (la danse des arceaux), et pour finir la journée, l’aurresku et la soka-dantza.

En savoir plus