Vous êtes ici : Accueil Culture basque Patrimoine basque Patrimoine immatériel Eleketa, collecte de la mémoire orale

Eleketa, collecte de la mémoire orale

Le programme Eleketa initié par l’Institut culturel basque a pour objectif de collecter, archiver et diffuser la mémoire orale en langue basque du Pays basque nord (récits de vie, de savoir-faire, chants et légendes, etc.).

Johañe Etchebarne
Johañe Etchebarne, témoin de la collecte en Soule
Sur proposition d’institutions de Haute Navarre (Université Publique de Navarre, fondation privée Euskokultur) et avec le partenariat financier du Projet Collectif de Développement PCD Baxe-Nafarroa, du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et du Conseil Régional d’Aquitaine, la collecte de la mémoire collective en Basse Navarre a démarré en 2007, avec l’intention d’étendre le projet à tout le Pays Basque nord.

Dès 2007, l'Institut culturel basque a mis en place une méthodologie de collecte et d'archivage, dont la première action a été de réunir un comité de pilotage, par canton, pour identifier les témoins et les thèmes à approfondir.

Le Conseil général des Pyrénées Atlantiques a, depuis 2009, pris la maîtrise d’ouvrage de cette opération, l’Institut culturel basque demeurant le maître d’œuvre.

Les témoignages audiovisuels collectés sont numérisés, découpés en séquences, inventoriés et indexés, de manière à être archivés et communiqués au public par le service des archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, au Pôle d’Archives de Bayonne et à Pau.

Outre les volets de la collecte et de l'archivage, diverses opérations de valorisation du fonds sont menées par l'Institut culturel basque : création artistique, projet pédagogique et expositions interactives.

Effectuée dans le cadre du Contrat territorial Pays Basque 2007-2013, la collecte ethnographique comptait fin 2013 un total de 197 enquêtes réalisées auprès de 228 témoins, soit plus de 222 heures d'extraits audiovisuels.

Fin 2014, l'ICB clôture sa huitième année de collecte avec ce bilan :

  • 225 enquêtes, auprès de 264 témoins (167 hommes et 97 femmes).
  • Durée totale 260 :33 :26 heures.
  • Tranche d’âge des enquêtés : moins de 60 ans (31), entre 60 et 80 ans (116), plus de 80 ans (118).
  • Territoire d’origine : Soule (36), Basse-Navarre (104) et Labourd (125).
  • Neuf instruments de recherche pour les archives départementales AD64 répertoriant 6400 extraits audiovisuels par entrée territoriale ou thématique.

En savoir plus :

Année après année

2007 - La collecte en Pays de Mixe (Amikuze)

L’Institut culturel basque a commencé la collecte de la mémoire collective par l'Amikuze (région de Saint-Palais, Pays de Mixe).

Huit personnes originaires de Saint-Palais (Marie Oxarango, Kattin Harisgarat, Kattina Etcheverry, Ttotte Ainciboure), de Gabat (Alexandre et Pantxika Bordagaray, Albert Dubois), de Garris (Isidora Claveranne) et Masparraute (Léon Tissier) ont été filmées entre août et décembre 2007.

Cette même année, deux témoignages de bergers ayant émigré en Amérique ont été collectés, hors d'Amikuze : Jean-Pierre Erreca (Urepel) et Louis Biscaichipy (Estérençuby), ce dernier dans sa cabane à Iraty.

La matière collectée a été numérisée, découpée en séquences, traitée puis envoyée à la fondation Euskokultur qui l’intégre à sa base de données et la communique à l'Université Publique de Navarre pour son site navarchivo. Les dossiers finalisés sont conservés sous disque dur dans les locaux d’Aldudarrak Bideo (partenaire technique de l’opération) et à l’Institut culturel basque.
Par ailleurs, fin 2007, les archives départementales ont émis le souhait d’intégrer le fruit de cette collecte à leur fonds d’archives audiovisuelles, via le Pôle d’Archives de Bayonne.

Grâce à l'expérience-pilote d'Amikuze, l'Institut culturel basque a mis en place une méthodologie de collecte, de numérisation et d’archivage pouvant s’appliquer, dans les années à venir, à l’ensemble de la Basse Navarre et du Pays Basque nord.

2008 - La collecte en Pays de Mixe, Garazi et Baigorri

Dix-neuf enquêtes ont été réalisées sur les cantons de Saint-Palais, Saint-Jean-Pied-de-Port et Saint-Etienne-de-Baïgorry :

  • Sur le canton de Saint-Palais : Michel Mendibil (Gabat), Noël et Kattalin Lacoste (Ilharre), Jeanne Alchourroun, Georgette Errecart (Arberats), Marie-Jeanne Auchoberry et Jeanne Doxaran (Saint-Palais), Jeanne Arcondéguy (Lohitzun-Oyhercq), Dominique Etchegaray (Domezain), Gérard Sabarots (Orègue), Jean-Marie Larroque(Arbouet-Sussaute) et Joana Davant (Arrast-Larrebieu).
  • Sur le canton de Saint-Jean-Pied-de-Port : Guillaume Irigaray (Ahaxe), Michel Curutchet et Michel Tihista (Estérençuby), Beñat Urruty (Mendive), Jean-Baptiste Barberena (Çaro), Flontxa Harispe et Beñardo Indart (Uhart-Cize).
  • Sur le canton de Saint-Etienne-de-Baïgorry : Marie-Jeanne Minaberry (originaire de Banca).

Remarque : L’objectif principal était d’achever en 2008 la collecte sur l’Amikuze. Toutefois, l’ICB, la fondation Euskokultur et Aldudarrak Bideo (partenaires de la collecte) ont été sollicitées en 2008 par la Commission Syndicale du Pays de Cize et la Junta de Aezkoa (projet Leader) pour recueillir la mémoire collective quant aux relations transfrontalières des vallées de Cize et d’Aezkoa et réaliser un film. C’est la raison pour laquelle 6 vidéoenregistrements ont été réalisés dans le canton de Saint-Jean-Pied-de-Port. L’enregistrement effectué sur le canton de Baigorri correspond également à un autre projet particulier.

Numérisation et montage :

Ils sont réalisés, dans les locaux d’Aldudarrak Bideo à Saint-Martin-d'Arrossa.

Saisie documentaire et traitement archivistique :

  • Pour les archives départementales : Les données liées aux séquences (code, titre et résumé) mais aussi des données d’ordre général liées à l’entretien (rassemblées sur une fiche technique remplie par l’enquêteur) sont saisies sur Arkhéïa (progiciel de gestion des archives) pour l'élaboration d'instruments de recherche normalisés.
  • Pour la Fondation Euskokultur : Les données décrites plus haut (liées aux séquences mais aussi à l’entretien en général) sont envoyées après saisie sur fichier Excel.

Actions de valorisation

- Le projet pédagogique intitulé « Ethnologues en herbe » a débuté en 2008 auprès des écoles primaires et du collège privé de Saint-Palais pour initier les enfants eux-mêmes, à partir du thème de la fête, au travail du collectage. Ce travail a été finalisé en juin 2009.

- La création « kiski ta kaska » : quatre jeunes artistes se sont inspirés des thèmes évoqués par des témoins d’Amikuze (transmission, relations intergénérationnelles, mythologie basque) pour créer un spectacle alliant théâtre, improvisation musicale et conte (présenté à Saint-Palais le 16 mai 2008).

2009 - La collecte en Basse Navarre, en Soule et en Labourd

Profitant de nouvelles opportunités, l'Institut culturel basque est allé au-delà de la province de Basse Navarre et a étendu sa collecte au territoire du Pays Basque nord en y intégrant des témoignages recueillis en Soule et en Labourd.

Au canton de Saint-Palais :

La collecte en Amikuze s'est achevée avec l'enregistrement de onze personnes : Jean-Pierre Lapouble (Arbérats-Sillègue), André Narbaits (Arraute-Charritte), Maddi Auvray, Odette et Katti Lucu (Beyrie-sur-Joyeuse), Jean-Claude Mailharin (Amendeuix-Oneix), Jean Urruspil et Dorothée Mailharin (Saint-Palais), Pascal Biscay, Pettan et Germaine Dufau (Béguios), Xeñan Belleau (Garris) et Frantxoa Belleau (Amorots-Succos).Au canton d'Iholdy :

Grâce au comité de pilotage local (Pierre Laco, Mañex Molimos, Lucien Ruspil et Mañex Olçomendi), l'ICB a pu avoir les coordonnées de plusieurs témoins. Deux personnes ont été enregistrées : Pierre Salles (Ostabat) et Piarre Petoteguy (Juxue).

Par ailleurs, la Mairie d'Irissarry a proposé à l'Institut culturel basque une liste de personnes de sa commune. Six personnes ont été filmées en 2009 : Beñat Etcheverry "Fitero", Marie-Jeanne Otharan, Aña Idieder, Henri et Mathilde Haran, Jeanne Etchegoinberry et Marie Dagorret. La collecte à Irissarry sera poursuivie en 2010.

Aux cantons de Garazi-Baigorri
L'ICB a commencé à enregistrer également dans ce secteur : Bettiri Argain et Antoinette Lekumberry (Ossès), Fanny Arrabit (Bidarray) et Martial Inchauspé (Saint-Jean-Pied-de-Port).

En Soule :
Sur les conseils du souletin Philippe Etchegoyhen, le berger Johañe Etchebarne a été filmé et enregistré dans son cayolar à Iraty.

En Labourd :

L'ICB s'est intéressé aux témoignages que le scientifique Xabier Itçaina du CNRS a recueillis (avec Aldudarrak Bideo), sur la demande de la Mairie d'Itxassou. Ces enregistrements ont été montés et traités (par les soins de l'ICB) afin d'être intégrés à la base de données de la collecte. Les dix personnes interviewées sont : Dominika Aguerre, Mayi Poulou, Pascal Paris, Dominica Heguy, Janette Elissetche, Simone Larronde, Jeanne et Manex Olhagaray, Gratien Larronde, Paul Harispourou et Norberto Aguerre.

Dans le cadre du projet de rénovation du lavoir d'Ahetze auquel l'Institut culturel basque participe, Terexa Lekumberri a collecté les témoignages de Germaine Pouyal et Kattin Miranda.

En 2009, l'Institut culturel basque a donc recueilli 36 témoignages, soit depuis 2007, 65 personnes.

Actions de valorisation

- L’exposition interactive Eleketa – Amizkutarrak mintzo : elle a permis de voir et d’entendre 72 extraits choisis des 30 témoignages recueillis sur le territoire d’Amikuze. Inaugurée à la médiathèque d’Amikuze à Saint-Palais (18 novembre 2009-16 janvier 2010), elle a ensuite été présentée début 2011 au pôle d’archives de Bayonne.

- La mise en ligne de l’exposition Eleketa sur le site de l’ICB (www.eleketa.com).

2010 : Le patrimoine maritime à Saint-Jean-de-Luz/Ciboure

La vie des gens de mer (pêcheurs, épouses de pêcheurs, mareyeurs, charpentiers de marine, garçons de chais, formateurs de marins, ouvriers ou ouvrières en conserverie, filetières et autres) et du port de pêche de Saint-Jean-de-Luz/Ciboure a été mise à l'honneur en 2010. 25 enregistrements ont été réalisés autour de cette thématique. Par ailleurs 4 témoins ont été filmés sur la thématique de l'industrie de la chaussure (à Hasparren et en Soule) et 10 autres autour de récits de vies. Au total près de 39 enregistrements ont été réalisés en 2010. Collecte valorisée en 2011.

2011 : Poursuite de la collecte en Basse-Navarre, en Labourd et sur l’industrie de la chaussure à Hasparren

Au canton d’Iholdi-Oztibarre : Avec l’appui du comité de pilotage local (Pierre Laco, Mañex Molimos, Lucien Ruspil et Mañex Olçomendi). Beñat Ourthiague , Jean Olharan, Panpale Erdoçaincy, Jean Bacho, Marie-Jeanne Bouzout, Lucien Ruspil (Larceveau) ; Maina Ithurralde (Ostabat), Nane Arhets (Uhart-Mixe). Soit 8 témoignages.

Par ailleurs, le Département a demandé de recueillir sur ce secteur des témoignages concernant la commanderie « Ospitalea » d’Irissarry. Quatre personnes ont témoigné lors de trois enregistrements audiovisuels : Pierre Iribarren, Maddi Aguerre (Irissarry) ; Germaine Minaberry et Juanita Lacourrège (Ossès).

Au canton de Garazi-Baigorri : Jeanne et Jose Manuel Eliceche, Jean-Noël Etcheverry, Beñat Duclos, Marie-Angèle Echevertz (Bidarray) ; Manex Lanatua (Ahaxe), Martin Sabalçagaray (Saint-Etienne-de-Baïgorry). Soit 6 témoignages.

En Labourd : Une sage-femme, la seule de la collecte jusqu’à présent : Yvonne Bellecave (Macaye). Deux témoignages concernant le patrimoine maritime basque du port de Saint-Jean-de-Luz / Ciboure, recueillis à l’occasion de l’exposition « Itsasturiak », exposition de valorisation de « Eleketa » : La famille Marin des Chantiers Marin (Ciboure), Arturo Garcia (Urrugne). Enfin, dix personnes ont témoigné sur l’industrie de la chaussure à Hasparren.

Au total 30 enquêtes en 2011.

Actions de valorisation

- L’exposition multimédia itinérante trilingue « Itsasturiak- La vie des gens de mer et du port de pêche de Saint-Jean-de-Luz/Ciboure du XXème siècle à nos jours », valorisant les 27 témoignages de gens de mer recueillis par l’Institut culturel basque en 2010 : pêcheurs, épouses de pêcheurs, mareyeurs, charpentiers de marine, garçons de chais, formateurs de marins, ouvriers ou ouvrières en conserverie, filetières et autres. Elle a été créée par l'Institut culturel basque en partenariat avec le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, avec l'aide financière de la Députation Forale du Guipuzcoa, de la Fondation Caisse d'Epargne et du Fond Européen pour la Pêche (Axe 4 - Groupe Côte Basque - Sud Landes). Inaugurée en septembre 2011 à Saint-Jean-de-Luz, elle a été exposée notamment à Biarritz, Bayonne, Irissarry, Bilbao, Hendaye, Zarautz.

- Mise en ligne de l’exposition Itsasturiak sur le site de l’ICB (www.itsasturiak.com).

2012-2013 - Danse basque, patrimoine fluvial et maritime de l'Adour

Le comité scientifique du programme Eleketa s'est réuni en juin 2012 et a fixé les thématiques à traiter par l'Institut culturel basque en 2012-2013 :

  • Les traditions dansées (incluant les pastorales et les mascarades),
  • Le patrimoine fluvial et maritime de l'Adour,
  • L'industrie du textile et de la chaussure.

En 2012 et 2013, l'Institut culturel basque a approfondi ces deux premiers thèmes. Il a par ailleurs enregistré, en 2012, deux informateurs d'Orbaizeta (vallée d'Aezkoa, Navarre) : le berger Sabino Egurze, et Beñardo Anchorena dont le témoignage portait principalement sur l'exploitation de la forêt d'Iraty par voie fluviale.

2014

Le Contrat territorial Pays Basque 2007-2013 ayant pris fin et dans l'attente du prochain, la collecte de la mémoire collective se poursuit dans le même cadre, avec comme maître d'ouvrage le Département des Pyrénées-Atlantiques et comme maître d'œuvre l'ICB .

28 enquêtes totalisant 38:11:48 heures, soit 36 témoins filmés (22 hommes et 14 femmes, dont 3 interviewés en langue française) sont réalisées autour de ces thèmes :

  • la danse basque : 16 enquêtes (18 témoins : 13 hommes et 5 femmes),
  • l'industrie de l'espadrille et de la chaussure en Soule : 3 enquêtes (5 témoins).

D'autres thématiques particulières ont également été approfondies :

  • Le réseau Comète pendant la guerre de 1939-1945,
  • la tradition d'Olentzero (Laurent et Mirentxu Apesteguy),
  • le savoir-faire particulier de la fabrication de makilas avec l'artisan Charles Bergara.

2015 : Vers une collecte plus contemporaine et l'exposition "Soka"

La collecte de la mémoire collective s’est poursuivie en 2015 avec 28 enquêtes orales réalisées, 4 ayant porté sur le thème de la danse basque (étudié en 2014 mais non encore épuisé).
Les 24 autres témoignages confirment eux aussi l’ancrage dans le contemporain et étudient le thème des "grands mouvements culturels, religieux, sociaux et politiques de la seconde moitié du XXe siècle en Pays Basque nord" : naissance des coopératives (1), mouvements féministes et évolution de la condition féminine (2), histoire des mouvements politiques (7), linguistiques et littéraires (2), développement du bertsularisme (7), du théâtre (1), du chant et de la musique (4).

Eleketa au sein de l’exposition Soka

Les 64 témoignages recueillis dans le cadre du programme Eleketa autour du thème de la danse ont fait l’objet d’une valorisation particulière au sein de l’exposition Soka : 180 extraits choisis y figurent. Ils seront visibles en 2016 sur le site portail de l’ICB.

“SOKA, regards sur la danse basque”, la nouvelle exposition itinérante produite en 2015 par l’Institut culturel basque, en partenariat avec la Diputación du Gipuzkoa et la Fondation Donostia-Saint Sébastien 2016, ambitionne de mieux faire connaître la danse basque, notamment au grand public auprès duquel elle rencontre un grand succès.
En savoir plus : soka.eus

2016-2018 : Poursuite de la collecte d'enquêtes plus contemporaine et valorisation numérique sur Mintzoak.eus

La grande thématique autour des "grands mouvements culturels, religieux, sociaux et politiques de la seconde moitié du XXe siècle en Pays Basque nord", entamée en 2015, a été approfondie les années suivantes.

En 2016 : bertsularisme (1 témoin), chant et musique (1), langue et littérature basque (2), développement et évolution socio-économique (14), mouvement féministe et évolution de la condition féminine (6), syndicalisme (1), militantisme politique (2) et une double enquête sur les salines de Briscous.

Enquêtes audiovisuelles poursuivies en 2017 et 2018.

Mintzoak.eus, portail de la mémoire en Pays Basque nord

Mintzoak.eus est une plateforme numérique créée et gérée par l'Institut culturel basque dans le but de rendre accessibles au public des témoignages sonores et audiovisuels qui sont le reflet de la mémoire orale collective du Pays Basque nord. Y ont été intégrés les témoignages du projet initié et entièrement piloté par l'ICB en 2007-2008, passé sous maîtrise d'ouvrage du Département début 2009, devenu dès lors le programme Eleketa.

En savoir plus : Mintzoak.eus

 

Haut de page

Mintzoak.eus, Portail de la mémoire orale du Pays Basque nord

Mintzoak.eusMintzoak.eus est une plateforme numérique créée et gérée par l'Institut culturel basque dans le but de rendre accessibles au public des témoignages sonores et audiovisuels qui sont le reflet de la mémoire orale collective du Pays Basque nord.
En savoir plus : www.mintzoak.eus

Soka, regards sur la danse basque

Qu’est-ce que la danse basque, qui l’a façonnée et interprétée, par quoi se caractérise t- elle et pourquoi les Basques la dansent- ils encore de cette manière si particulière en ce début de XXIe siècle ? Telles sont quelques-unes des questions que pose cette exposition. Dans le cadre du programme Eleketa, 64 témoignages sur les 87 témoins filmés sur ce thème entre 2012 et 2015,  sont valorisés dans SOKA.